LPP et compte de libre passage suisse. Comment cela fonctionne ?

Il est important d’être assuré pour la vieillesse, l’invalidité ou même le décès. Le système de retraite suisse permet à ses habitants de bien vieillir et d’envisager la retraite avec confiance. Copié par d’autres pays pour son efficacité, c’est un système qui repose sur trois piliers. Mais comment fonctionne le système de retraite suisse à 3 piliers ?

Quels sont les 3 piliers du système de prévoyance suisse ?

Le système de retraite suisse repose sur 3 piliers avec un but et des prestations spécifiques pour chacun. Il repose en effet sur des valeurs helvétiques qui sont la solidarité et la responsabilité individuelle. Le premier pilier est la prévoyance étatique, le deuxième pilier la prévoyance professionnelle et le troisième pilier est la prévoyance privée. Les 2 premiers piliers sont obligatoires pour le salarié tandis que le troisième est facultatif. 

La prévoyance étatique ou AVS

La prévoyance publique repose sur le principe de la solidarité pour couvrir les besoins vitaux à la retraite. Il s’agit d’un système de prestation par répartition où les actifs et les employeurs cotisent pour ceux qui sont à la retraite. La prévoyance publique est obligatoire pour tous les salariés âgés de plus de 20 ans. L’âge pour la retraite en Suisse est de 64 ans pour les femmes et 65 ans pour les hommes. La cotisation est de 10,1 % du salaire brut et est versée à parts égales entre l’employeur et l’employé. Le bénéficiaire reçoit juste de quoi nourrir ses besoins vitaux en cas d’incapacité de gain ou après un décès. Le premier pilier comprend en effet :

  • L’AVS ou Assurance Vieillesse et survivants,
  • L’AI ou Assurance Invalidité et les prestations complémentaires,
  • L’APG ou Allocation pour Perte de Gain.

La prévoyance professionnelle ou PP

Son but est de permettre aux assurés ou ses proches de conserver leur niveau de vie habituelle notamment lors de la retraite, en cas d’invalidité ou à son décès. Il s’agit concrètement des caisses de pensions des entreprises et est fonction de la carrière professionnelle. Elle est obligatoire pour les employés ayant un revenu annuel entre 25 320 CHF et 75 960 CHF et l’employeur doit verser au minimum la moitié. Le taux de cotisation diffère selon la caisse de pension concernée.

Le financement de la prévoyance professionnelle repose sur un système de capitalisation et s’apparente plus à de l’épargne à long terme. En effet, chaque assuré épargne et cotise afin de financer ses propres prestations. Il aura des rentes élevées s’il a eu des revenus élevés et inversement. Le montant de la future rente de vieillesse est inscrit sur le certificat de prévoyance établi par les caisses de pensions au commencement de chaque année civile. Néanmoins, son montant n’est qu’une prévision qui peut varier selon de nombreux facteurs comme :

  • L’évolution des salaires,
  • Le taux de conversion,
  • Le taux d’occupation, etc.

La prévoyance professionnelle a comme base la LPP ou Loi fédérale sur la Prévoyance sociale et la LAA ou Loi fédérale sur l’Assurance Accidents.

Le compte de libre passage

Un compte de libre passage est un compte bancaire lié auquel est versé le capital de prévoyance accumulé par un assuré. Il peut recevoir l’avoir LPP ou la prestation de sortie PP d’un assuré qui ne récupère pas tout de suite un nouveau travail. Le compte de libre passage peut garantir le maintien de la prévoyance jusqu’à la reprise d’une activité professionnelle. Il peut également augmenter vos avoirs de vieillesse grâce au taux d’intérêt.

En effet, un avoir placé sur un compte de libre passage croit à mesure qu’il se prolonge. Son principal atout consiste dans l’exonération d’impôts des avoirs de prévoyance, des revenus, des intérêts et du capital. Vous pouvez également transférer vos avoirs LPP dans une police de libre passage pour profiter de certaines prestations d’assurance. Mais celle-ci n’offre toutefois qu’une plus faible rémunération du capital.

L’ouverture d’un compte de libre passage peut résulter de différentes situations :

  • L’interruption momentanée de l’activité professionnelle comme une formation continue, un séjour à l’étranger, un licenciement, etc. ;
  • L’interruption provisoire de l’activité professionnelle.

Les possibilités de retrait d’un compte de libre passage

Un compte de libre passage ne permet pas d’accéder plus rapidement à son avoir LPP. L’avoir LPP placé sur un compte de libre passage n’est disponible que sous certaines conditions :

  • Vous pouvez disposer de votre avoir de prévoyance si vous envisagez l’achat de votre propre logement ;
  • Vous pouvez également retirer votre avoir en espèces si vous souhaitez démarrer une activité indépendante ou si vous comptez quitter la Suisse.     

La prévoyance privée ou assurance retraite privée

La prévoyance privée ou individuelle correspond à l’assurance vie française et finance les retraites par des déductions d’impôt. Son financement repose sur un système de capitalisation qui est basé sur l’épargne volontaire des assurés. Elle vise à combler les lacunes de la prévoyance et permet de se constituer un patrimoine. Les 2 premiers piliers ne couvrent en effet qu’environ 60 à 75 % du dernier salaire et même moins. Il faut faire la distinction entre :

·      La prévoyance liée ou pilier 3a

Le but de la prévoyance liée est de couvrir sur le long terme les besoins individuels. Celle-ci comporte un plafond d’épargne annuel fixé au niveau fédéral. Les montants versés peuvent être déduits du revenu imposable. L’avoir dans une prévoyance liée n’est disponible qui sous certaines conditions, mais n’est pas assujetti à l’impôt sur la fortune. Et les revenus qu’il génère sont exempts d’impôt sur le revenu ou de l’impôt anticipé. 

·      La prévoyance libre ou pilier 3b

C’est une prévoyance individuelle libre qui est ouverte à tous. Les versements ne sont pas limités, mais elle offre moins d’avantages fiscaux. 00

Plus tu pédales moins fort, moins t’avances plus vite

Plus les jours et les années passent, plus je me dis que si c’était à refaire, je ferais psychologie humaine avant de faire trading. Trading, on peut toujours apprendre, comprendre l’esprit humain, surtout quand il est torturé, c’est une autre paire de manches. Prenez par exemple ce que nous vivons depuis, allez, disons six mois, tout d’abord nous avons eu la peur. Peur que les américains ne réélisent pas Obama, peur qu’ils n’élisent pas Romney, peur que la « Fiscal Cliff » s’effondre sur nos pompes, peur que la Chine arrête de croître, peur que le yen monte à la place de baisse, peur que l’Europe ne s’en sorte pas, peur que la Grèce largue les amarres et quitte l’Euro, peur que Sandy submerge New York une fois pour toute. Bref, la trouille quoi. Celle qui ne se commande pas.

Dans ce genre d’environnement, il ne sert à rien de parler d’actions ou d’investissement à un investisseur (justement), il est ce que l’on appelle « risk averse », il ne veut prendre aucun risque. Le meilleur placement que l’on puisse lui proposer c’est d’ouvrir un coffre dans une banque et d’y stocker des lingots d’or. Chose que l’on peut éventuellement comprendre après la série de claque qu’il aura eu l’occasion de se prendre dans la figure pour un peu qu’il soit né dans les années 1970. Je vous assure, je veux bien que le type qui ne se rasait pas et ne se coupait pas les cheveux ait dit : « quand on te frappe sur la joue droite, tends la joue gauche », au bout d’un moment ça finit quand même pas piquer un peu.

Ensuite après la peur on a eu le doute. Le doute c’est parfois pire que la peur. C’est un peu comme quand vous êtes en haut d’un pont les pieds attachés par un élastique gros comme votre bras et vous vous dites : « bon, j’y vais ou j’y vais pas ? ». Vous savez que si vous y allez, ça ne va pas changer votre vie – sauf si l’élastique n’était pas attachée au pont – et que si vous n’y allez pas, ça ne va pas changer votre vie du tout, élastique ou pas. Vous êtes donc face à un choix cornélien qui fondamentalement dans un cas comme dans l’autre, ne changera pas votre vie. Et bien en fin d’année 2012, on se disait la même chose : ces couillons d’américains vont certainement se mettre d’accord avec leur histoire de falaise, mais moi ça ne va pas me payer mon hypothèque et encore moins le leasing de l’Audi A4 Turbo Diesel. Donc dans le doute ne faisons rien.

Et pendant ce temps, mine de rien, ça ne foutait pas grand-chose, mais ça montait.

Soudainement, totalement pris par surprise, nous nous sommes retrouvés en 2013. Si il y a un truc auquel on ne s’attendait pas, c’est bien ça. Et alors je ne sais pas ce que la majorité des intervenants ont bouffé à Noël et Nouvel-An, mais ça devait être du solide, ou alors c’est la boisson. Du coup on est tous revenu avec la ferme conviction que le marché ne peut pas aller plus bas et comme il ne peut pas aller plus bas, il ne lui restait plus qu’à monter. Yallah !!! Le mois de janvier fût donc euphorisant, tel le retour du soleil printanier, le retour des cabriolet et des bikers dans les rues. Et alors ?

Ben alors Février est arrivé. Et va savoir comment, depuis quelques jours les « gens » se demandent pourquoi ils devraient acheter. Probablement que quelque part dans une salle de trading deux types se sont parlé et ça a du donner à peu près ça :

  • C’est génial, ça bourre !!!
  • Ouais c’est cool, j’ai eu raison de te suivre et d’acheter le marché comme toi.
  • Pardon ?
  • Oui, j’achète parce que t’achètes et que t’as hyper-trop-cool-à l’aise-qui-déchire sa race.
  • Ah mais non, moi j’achète parce que TOI tu achètes et que t’as l’air de savoir ce que tu fais.
  • ….
  • Tu ne sais pas ce que tu fais.. ????
  • Euh, ben si ; je fais comme toi.
  • Ah…. Là, on est dans la merde… SEEELLLLLLLLLLLLLLLLL

Oui, peut-être que les « gens » ont commencé à se parler, à se rendre compte que le marché est très haut que l’économie et la croissance sont encore au lit avec une grippe et 39 de fièvre. Et que rien ne semble réglé en Europe alors qu’aux USA tout est « repoussé » à plus tard en espérant qu’entre deux Washington va trouver de l’or, du pétrole et du platine sous le périphérique de la ville et que tout va se régler en un claquement de doigts.

Nous nous retrouvons dans une situation délicate. Les marchés sont au plus haut de tous les temps ou presque, l’économie, l’emploi et l’environnement social est en plein dépression-dysthymis-cyclothymic-bipolaire et unipolaire, le tout en même temps, il y a donc un truc qui ne joue pas. D’un côté les américains sont joueurs et ils aimeraient bien au moins afficher encore un nouveau record avant de se casser la gueule. En plus le Graal est si près et pourtant tellement lointain. Et puis en Europe, on balise, on a les foies, on se rend compte que l’on est beaucoup monté depuis le premier janvier, on ne veut pas détruire les théorie bullishs du moment, mais en même temps on n’a pas envie de se prendre le retour « in the face », donc on vend, discrètement, mais on vend. Histoire que si ça remonte on puisse faire « comme si on avait des actions en portefeuille ».

Tout ça pour vous dire que l’on est un tout petit peu paumés. Hier le marché US n’a strictement rien fichu, pas de chiffres économiques spécifiques ou même intéressants. Les sociétés qui publiaient les résultats intéressaient moyennement les médias, même si Wyndham Worldwide Corp (challenge de la journée : répéter 50 fois Wyndham Worldwide Corp sans se mélanger les pinceaux), donc même si Wyndham a publié des très bons résultats et montait de 7%, que Ralph Lauren, son joueur de polo et son cheval ont également fait plaisir au marché, tout comme Chipolte et Time Warner, les traders peinaient à trouver la motivation pour prendre une direction. Et quand il n’y a pas de direction à prendre, on commande des sushis, on se cale devant ses écrans de trading et on attend la fin de la séance en laissant les autres décider.

Les deux seules choses qui alimentait les téléscripteurs hier (oui, je sais les téléscripteurs n’existent plus mais c’est une figure de style et en plus parfois j’aimerais que le marché revienne à l’époque où les nouvelles circulaient avec le Pony Express), mais hier les DEUX seules nouvelles qui préoccupaient les intervenants vautrés devant leurs écrans Bloomberg, un Coca à la main, avec un Big Mac menu + posé à côté, c’était le fait qu’hier on a reporté une trade de 11.25 millions de dollars sur l’indice de la volatilité(Loïc, c’est toi?). Ce qui signifie que le « trader » qui a initié cette transaction pense que d’ici deux mois la volatilité va exploser. Qui dit volatilité qui explose, dit marché qui se pète la figure. Mais ce n’est pas tout, dans la même veine, un autre petit malin (ou peut-être le même) a acheté 100’000 puts sur l’ETF XLF, qui est le tracker qui réplique le secteur bancaire aux USA. Les « gros » trades en options puts sur le XLF sont en général autour de 500 contrats. 100’000 contrats c’est énorme et j’imagine qu’il y a deux ou trois market-makers qui ont dû sortir les rames pour naviguer à contre-courant. Le strike du puts en question (le puts est l’option qui monte quand le marché baisse…) est de 16, sachant que le XLF se traite autour de 17.5$, on envisage une jolie correction tout de même.

Mais en dehors de ces deux nouvelles on ne serait pas venu, susse été pareil. D’ailleurs à la fin, les trois indices américains terminaient littéralement inchangés par rapport à la veille.

En Europe ce n’était pas la même ambiance. Bien que mardi le marché ait tenté de rebondir après sa déculottée de lundi, le troisième jour n’apportait guère de conviction sur le marché européen, au contraire, on assistait à des dégagements massifs sur les banques, sans raison particulière, si ce n’est que les affaires LIBOR, EURIBOR continuent de faire parler et de faire tomber des banquier au travers du monde entier, hier c’est encore la Deutsche Bank qui suspendait 5 traders pour avoir participé à la magouille. Pire, ils ont même suspendu le paiement de leur bonus !!! Et puis la banque Monte Paschi qui est en train de sauter suite à des brillantes transactions sur produits structurés à la con. Les banques sous pression, les pétrolières sous pression apparemment à cause du prix du baril, bien que le prix n’ait pas bougé la moindre (96.78$), malgré des chiffres à côté des attentes au niveau des inventaires. Quelle surprise.

Et puis à côté de cela, on parle de l’Europe qui commence à se faire secouer par le retour de l’abruti en Italie, l’instabilité en Espagne because corruption, c’est du réchauffé, mais faute de grives on mange des merles. Le tout saupoudrer du fait qu’il faudra quand même sauver Chypre un jour (réchauffé aussi) et que cette après-midi il y aura le Dieu Draghi qui va parler à la réunion mensuelle de la BCE, il n’y avait que peu de raison de faire sortir les bulls de l’étable hier en Europe, ils y sont d’ailleurs restés pour jouer aux cartes et demain (enfin, aujourd’hui) sera un autre jour.

Pétrole et or ont toujours les pieds dans le béton. No comment.

Dow Jones 13,986.52 +7.22 +0.05%

S&P 500 1,512.12 +0.83 +0.05%

NASDAQ 3,168.48 -3.10 -0.10%

STOXX 50 2,617.35 -33.86 -1.28%

FTSE 100 6,295.34 +12.58 +0.20%

CAC 40 3,642.90 -51.80 -1.40%

DAX 7,581.18 -83.48 -1.09%

IBEX 35 8,056.20 -37.40 -0.46%

FTSE MIB 16,602.85 -109.41 -0.65%

AEX 345.86 -2.57 -0.74%

OMX 30 1,174.79 -0.75 -0.06%

SMI 7,433.47 +28.84 +0.39%

Nikkei 225 11,295.62 -167.21 -1.45%

Hong Kong 23,155.03 -101.90 -0.44%

S&P/ASX 200 4,932.90 +15.85 +0.34%

CSI 300 Index 2,733.63 -42.21 -1.52%

Le Japon est en baisse ce matin, probablement à cause de la hausse massive d’hier (+3.8%), ou alors est-ce parce que ce matin le yen ne baisse pas assez pour assouvir les appétits en actions japonaises, peu importe, il y a comme une prise de profit à l’Est. De plus les chinois dégagent leurs positions, puisqu’en fin de semaine c’est leur nouvelle année à eux et il seront plus préoccupé à festoyer et se saouler avec de l’alcool très très fort plutôt que gérer des positions sur un marché qui marche à voile et à vapeur en ce moment. Alors que Sony devrait publier ses chiffres dans la journée, ils ont également annoncé un deal avec le fabricant de machines à coudre Juki Corp, histoire de leur fournir des composants électroniques. Ou alors peut-être que la PlayStation 4 fera AUSSI machine à coudre.

Dans les nouvelles du jour et dans le secteur des smartphones qui nous pourrissent la vie et nous obligent à checker leurs écrans en moyenne 150 fois par jour (véridique) afin de contrôler si l’on n’a pas raté un message vital d’un de nos amis ou alors se rendre compte qu’en fait on n’a pas d’ami. Mais là n’est pas le sujet. On appris qu’Apple est toujours LE leader du smartphone aux USA, devant Samsung bien sûr. Et puis BlackBerry a commencé a vendre ses nouveau téléphones hier au Canada. Le CEO s’est déclaré enchanté, il a dit : « You know what ? I’m Happy », il a déclaré qu’ils étaient en train de faire un killing avec leurs nouveau joujoux, estimant qu’ils avaient même dépassé de 50% leur meilleur « premier jour de vente ». C’est là que le bas blesse, il n’existe nulle part une trace de ce chiffre.. quel était le record précédent, personne ne sait. Si la dernière fois c’était 100 téléphones et que là on est à 150 , vous pouvez retourner vous coucher.

Goldman Sachs propose 10 titres a acheter aux USA avec un potentiel de hausse plus qu’appréciable. Il s’agit de : Apple, Goodyear, Prudential, Applied Materials, Joy Global, Ford, Discover Financial Services, Williams Cos, Southwestern Energy et National Oilwell Varco Inc. On se recause en décembre. Hier soir après la clôture il y avait quelques chiffres qui faisaient bouger quelques titres. Green Moutain Coffee, le fabricant de café le plus volatile de tous les temps a publié des chiffres au-dessus des attentes, mais la prudence déclarée pour l’avenir a fait plonger le titre de près de 8%. Akamai a publié des ventes en-dessous des attentes, mais net-net, les chiffres sont meilleurs, vraiment meilleurs, le titre s’arrachait de 14% hier soir. Ce n’est pas lui qui va mener le S&P500 à 1600, mais il faut commencer par quelque chose.

Yelp a sorti de résultats décevants et baissait de 4%, mais les rumeurs que Facebook serait intéressé et qu’ils tournent autour devraient limiter la casse. News Corp, bof, en recul de 2% et Visa pas mal mais insatisfaisant pour les nanalystes, le titre reculait de 2% également.

Selon le Wall Street Journal qui est généralement bien informé, AMR et US Airways sont tout près de se passer la bague au doigt. La restructuration permettrait à American airlines de sortir di Chapter 11 et la compagnie vaudrait à peu près 10 milliards (en gros Apple pourrait s’offrir 13 fois la plus grosse compagnie du monde et il leur resterait du cash). Ce n’est pas encore signé et selon le journal tout peut encore capoté, mais cela semble bien emmanché. Le patron d’Alcatel devrait annoncer son départ aujoud’hui.

Aujourd’hui je vais acheter l’AGEFI :

http://www.agefi.com/une/detail/archive/2013/february/artikel/genua-advisors-lancement-dun-service-dadvisor-axe-sur-lidentification-du-risque-dans-une-allocation-avec-une-approche-contrariante.html

Bravo Genua.

La poste américaine va arrêter de distribuer le courrier le samedi. La raison principale c’est la réduction des coûts, mais l’autre raison c’est que Lance Armstrong faisait la distribution en vélo dans tous le pays chaque samedi, mais là il n’aura plus le temps.

La perte de 2,5 milliards expliquée, un must see :

Côté macro, il y aura la BCE, ce n’est pas ce qu’il vont annoncer qui sera important, mais plutôt ce qu’ils vont dire. Enfin, surtout ce que Super-Mario va dire. Il y aura aussi les Jobless Claims, Productivity and costs et Consumer Credit. Côté chiffres, il y aura le Crédit Suisse ce matin et puis plein d’autres noms cette après-midi et ce soir, rien d’ENORME cependant, en tous les cas rien qui ne devrait impacter les indices principaux.

Il me reste à vous souhaiter une excellente journée, en ce qui me concerne je suis dubitatif sur l’état mental du marché, mais on verra comment va se passer la suite. En attendant, bourrés vous de café, restez vigilants et éveillés, on ne sait jamais, il peut se passer un truc… En ce qui nous concerne, on se retrouve demain matin et ensuite je dors pendant 2 jours non-stop. Excellente journée à vous amis lecteurs…

Morningbull

L’homme d’acier

Avant de commencer, aujourd’hui j’ai une requête spéciale ; IL FAUT ABSOLUMENT ALLER VOIR LA PRESENTATION DANS LA SECONDE PARTIE DU TEXTE  !!!

Il a un costume bleu électrique, une cape rouge et des fois son slip est par-dessus son costume bleu. Sur sa poitrine est écrit en grand deux lettres : un S et un B. C’est le nouveau super héro des temps moderne, si on a de la chance, certains soir d’été quand il fait beau on peut le voir survoler Washington à basse altitude en jetant des billets de banque, il s’appelle Super-Bernanke et hier soir, il a encore frappé !!!

Depuis des années maintenant, depuis qu’il a remplacé son prédécesseur, la poêle verte, il se bat contre le méchant le plus en vogue de ces dernières années ; Récession Man. C’est en imprimant des billets comme si ça ne coûtait rien qu’il tente de tenir les USA a flot et empêcher le pays de sombrer dans la dépression et la récession la plus totale. Hier soir il a donné une de ses rares interview aux dirigeants du monde libre avant de retourner se planquer dans sa base secrète et on peut dire que ses paroles ont quelque peu apaisé le marché. Un marché qui se sentait vulnérable depuis qu’un pays d’irréductible transalpins étaient passés dans le camps de  « l’ingouvernabilité » – d’ailleurs je me posais la question, le mot a-t-il été inventé par la presse ce week-end ou était-il déjà dans le dictionnaire ? D’après-moi ingouvernable existe, mais l’ingouvernabilité, j’ai des doutes. Si c’est le cas, les italiens auront au moins eu le mérite de l’inventer.

Le marché américain avait commencé la séance en fanfare avec des chiffres sur l’immobilier qui laissaient supposer que tout rigolait dans le secteur et que le business était VRAIMENT reparti dans ce milieu. On se réjouit déjà de voir les prochains produits basés sur l’immobilier américain, il y a sûrement un « truc » à jouer de ce côté, on pourrait faire des produits garantis par la croissance du marché de la pierre aux USA, puisque visiblement ça ne peut aller qu’en haut et puis on pourrait appeler ça du sur-subprime, ça ferait un nouveau mot et un nouveau qui révolutionnerait le monde de l’investissement. Et puis, plus les heures avançaient, plus les « bulls de l’immobilier » montraient leurs limites et se dégonflaient lâchement dans l’attente des commentaires de Super-Bernanke. D’ici qu’il se dresse devant les membres du Sénat les indices américains avaient perdu la plupart des gains accumulés dans la matinée. La destinée glorieuse du S&P500, Dow Jones et autre Nasdaq était donc livrée aux mains et à la puissance d’un seul homme qui défiait les autorités politiques du haut de sa barbe poivre et sel (surtout sel), sa cape flottant au vent en signe sérénité…

Et qu’est-ce qu’il leur à mis hier soir !!!

Tout ce qui pouvait mettre en doute les investisseurs a été balayé par les paroles apaisantes et maitrisées de ce demi-Dieu qu’est Super-Bernanke. Il a répondu à toutes les inquiétudes et globalement tous les sujets ont été couverts. Mis à par le championnat suisse de Hockey sur glace et la circulation pourrie autour de chez moi, je crois qu’il a plus ou moins abordé tous les sujet importants :

  • Il a soutenu la politique du Premier Ministre Japonais.
  • Il a rassuré tout le monde en disant que même si les italiens faisaient des writedowns de leur dette, les banques américaines ne seraient pas impactées.
  • Le QE est là pour durer tant que l’emploi ne s’améliore pas, avec JP Morgan qui vire 20’000 personnes, ça va bien aider.
  • Les bénéfices apportés par le QE sont clairs – clairs comment on ne sait pas, mais ils sont clairs et puis c’est tout !
  • Les risques liés au QE sont gérables et au pire c’est quand même lui qui sait voler au-dessus de Washington et qui a une vision laser qui peut voir au travers des vêtements, alors ça suffit !!!
  • Ils encouragé les politiciens à ne pas faire trop de coupes dans les budgets en ce moment, ça serait tout de même couillon de freiner la reprise que Super-Ben tente de mettre en place depuis des mois et les conséquences pourraient être désagréables.
  • En gros ; relaxez-vous, ne paniquez pas, tout va bien, ayez confiance, regardez-moi dans les yeux, vos paupières sont lourdes et vous sentez une immense fatigue vous envahir, laissez faire la FED et je ne me balade pas en costume de Superman pour rien !!!

Bref, il a donné l’impression d’être « in control », rien ne semble pouvoir lui échapper et sa maîtrise et l’impression qu’il aura donné de tout savoir et de n’avoir peur de rien aura donné l’impulsion nécessaire au marché et aux bulls qui le compose, qu’il n’y avait pas grand-chose à craindre et que ce n’est tout de même pas les descendants d’un type qui n’a même pas réussi à envahir un village d’irréductibles gaulois sur la côte armoricaine en son temps qui va déstabiliser le Dow Jones !!!

Dans les titres individuels, l’annonce du partenariat entre Intel et Altera a enthousiasmé le marché, les deux sociétés en bénéficiaient en bourse, l’ensemble de la techno était d’ailleurs de bonne humeur et pour couronner le tout, en fin de séance, la rumeur courrait comme quoi lors de son assemblée générale d’aujourd’hui Apple, pourrait annonce un split de son action et voir un éventuel retour de cash aux actionnaires. Apple qui se retrouve réduite à monter par des opérations comptables, c’est pas trop la politique Steve Jobs, mais le titre grapillait quelques dollars hier soir.

Pendant ce temps, c’était le bain de sang en Europe. Pas besoin de vous faire un dessin. L’ingouvernabilité de l’Italie coûtait à tout le monde. Le pire c’est que soudainement les intervenants prenaient conscience que l’Italie était peut-être paralysée pour une durée indéterminée, que l’Espagne était sous respirateur artificiel et qui rien ne semble vouloir se passer de constructif du côté de Madrid, c’est bien simple, même le Barça se met à perdre en Espagne. Que personne n’ose parler de la France mais quand on voit les chiffres du PMI qui sont sortis la semaine passée, ce n’est pas en allant tapoter les cul des vaches au salon de l’agriculture et en balançant sur son prédécesseur que le Président normal va sauver le pays. Que l’Angleterre a perdu son triple A, même si ces notes à deux balles ne veulent rien dire, ça n’est jamais bon (même si on ne sait pas trop si l’Angleterre fait partie de l’Europe) et que l’on se dit que Merkel doit vraiment se demander ce qu’elle fait avec c’t’équipe. En gros, il y a de quoi se demander si c’est vraiment une bonne idée de prêter de l’argent à un pays européen. Ou en tous les cas ; quel est le juste prix. C’est d’ailleurs que le bas blesse, les taux italiens ont largement pris l’ascenseur hier et les taux sont à nouveau à des niveaux qui rappellent plus les taux pratiqués par les usuriers de la mafia que ceux pratiqué pour une hypothèque indexée au LIBOR (le Libor non manipulé je précise).

Même Roubini réapparaissait et se posait en expert de politique italienne, estimant que de nouvelles élections vont devoir se tenir d’ici six mois, on peut toujours compter sur lui dès que l’on sent l’odeur du sang. En résumé l’Europe était dans le pâté hier. Le marché Italien remporte la palme évidement, on aurait dit le marché grec au plus fort de l’été passé. Les autorités ont même interdit de shorter les valeurs financières qui se faisaient littéralement défoncer hier. La grande question qui se pose est de savoir quelle à la limite de tolérance que se fixe le marché pour paniquer et est-ce que les paroles apaisantes de Super-Bernanke hier vont suffire à calmer le jeu. L’incertitude continue néanmoins de peser en Italie où les accords inter-partis semblent difficiles à trouver, tellement les égos sont énormes. Pour le moment l’Italie risque bien de rester le centre du monde financier en Europe pour quelques jours encore…

L’or est toujours une valeur refuge que l’on aime acheter en ces temps troublés. Le métal jaune remonte au-dessus des 1600$ et semble retrouver gentiment ses lettres de noblesse (1611$ ce matin). Le pétrole ne bouge pas en attendant les chiffres des inventaires de ce soir – histoire d’avoir un truc à attendre. Ce matin le baril est à 92.86$. Et puis, vu qu’elle est à nouveau à la mode, la volatilité se calme et revient sur les niveaux de 16.87 après avoir explosé de 34% la veille. On la sent toujours néanmoins très nerveuse.

Dow Jones 13,900.13 +115.96 +0.84%

S&P 500 1,496.94 +9.09 +0.61%

NASDAQ 3,129.65 +13.40 +0.43%

STOXX 50 2,570.52 -81.34 -3.07%

FTSE 100 6,270.44 -84.93 -1.34%

CAC 40 3,621.92 -99.41 -2.67%

DAX 7,597.11 -176.08 -2.27%

IBEX 35 7,980.70 -263.80 -3.20%

FTSE MIB 15,552.20 -799.79 -4.89%

AEX 335.29 -4.97 -1.46%

OMX30 1,180.90 -18.54 -1.55%

SMI 7,449.98 -144.37 -1.90%

Nikkei 225 11,310.45 -88.36 -0.78%

Hong Kong 22,623.53 +107.38 +0.48%

S&P/ASX 200 5,037.80 +34.83 +0.70%

CSI 300 Index 2,597.69 +30.35 +1.18%

En Asie on a aimé les chiffres de l’immobilier, mais on a également aimé les commentaires de Bernanke. Le Japon a aimé, mais comme ça fait remonter le yen, ça les arrange quand même moyennement, du coup le Nikkei est en baisse, mais ailleurs ça va bien. On arrive à oublier que Rome est dans la panade et que Bruxelles a des raisons de paniquer pour ne se concentrer QUE sur les belles paroles du patron de la FED, que dis-je du patron, ne devrais-je point dire du « Dieu » de la Fed.

Peu de « grandes nouvelles » ce matin. Mais il y en a tout de même une qui me fait bien rire. Anheuser-Busch-InBev, le plus grand brasseur du monde et producteur de la célèbre « Bud » du fameux « waaazzzzuuupppppp »… Eh bien InBev se retrouve en procès car le taux d’alcool contenu dans leurs produits est inférieur à celui indiqué sur les bouteilles de Bud. Ce qui veut dire que plusieurs organisations de consommateurs attaquent le fabricant parce qu’en fait si l’on boit de la Bud, on sera bourré moins vite que l’on pouvait l’espérer puisque le taux d’alcool est moindre, c’est quand même pas sympa, va falloir boire un six-pack de plus pour rouler sous la table. C’est dur.

Dans les autres nouvelles principales du jour, nous avons 50% des articles du FT qui sont consacré à l’Italie, un gros article sur JP Morgan qui coupe drastiquement dans son département « hypothèques » (20’000 chômeurs), c’est ballot, juste au moment où le marché immobilier semble ne plus jamais pouvoir/vouloir baisser et un dernier article sur Wall Street qui commence à se demander si les évaluations des titres qui composent ses indices ne sont pas, par hasard, un peu trop riches. Le Barrons estime que malgré le rebond du marché US hier, les achats et les volumes traités en options laissent penser qu’il y a encore du « downside » dans le marché. C’est un message subliminal que seuls certains experts peuvent percevoir. En France on se rapproche dangereusement des plus historiques, mais pas sur le CAC40, on approche méchamment du record absolu de chômeurs soit 3.2 millions, heureusement que le changement c’est maintenant.. Pour être parfaitement honnête, cette hausse est surtout due à un « nouveau système de calcul » chez Pôle Emploi ; avant un chômeur était un chômeur et comptabilisé, maintenant ils ont rajouté une case « ça dépend ».. Et forcément ça fausse les calculs.

En ce qui concerne les chiffres économiques, nous aurons les Durable Goods, encore Bernanke qui va parler mais cela devrait être une pâle copie de la démonstration de la veille, les Pending Home Sales, et les chiffres du pétrole. Les futures US sont inchangés pour le moment, la journée risque donc de se passer partiellement en zone d’attentisme prolongé, encore.

Il y a une autre nouvelle que je voudrais vous annoncer pendant qu’il n’y a pas grand-chose à dire et que presque tout le monde est revenu de vacances ; d’ici quelques mois, la date n’est pas encore arrêtée, le « Morningbull » va disparaître.

Après 7 ans de bons et loyaux services, il est temps de passer à autre chose. Alors rassurez-vous, le commentaire que vous lisez, pour certains depuis plusieurs années, ne va pas mourir, il va juste changer d’écurie. En effet depuis plusieurs mois je me pose la question suivante : « qui suis-je, où vais-je, dans quelle étagère ? ». Plus les semaines passaient, plus je me disais que la viabilité à long terme d’un produit unique comme ce commentaire matinal n’était pas simple à visualiser, la somme de travail, le temps mis à disposition, etc…

C’est pour ça que dans les mois à venir un nouveau site d’un nouveau genre va voir le jour. Ci-dessous, vous trouverez un lien, une présentation. Cliquez sur l’icône pour lancer la présentation, une fois chargée, n’oubliez pas de mettre en « plein écran », puis de cliquer sur le bouton « Play » en bas à droite… Cette animation va vous donner un avant-goût des choses à venir. Ce n’est donc pas une retraite, mais plutôt une fusion, dans quelques semaines, le Morningbull et Genua ne feront qu’un. Nous serons deux, mais il n’y aura plus qu’un seul site…

http://prezi.com/embed/l7cqijlipdgy/?bgcolor=ffffff&lock_to_path=0&autoplay=no&autohide_ctrls=0&features=undefined&disabled_features=undefined

Nous vous en dirons plus dans les semaines à venir mais le projet est bien avancé et déjà en phase de test. Ce qui est bien dans tout cela, c’est que la décision fût extrêmement facile et évidente à prendre et croyez-moi, ce n’est pas tous les jours.

Voilà, j’ai encore une dernière requête à vous faire. Alors que nous sommes en phase de développement final que ce site vous est totalement destiné, nous aimerions que vous choisissez vous-même le nom du nouveau site… Alors pour ceux qui ont des idées ou simplement envie de participer, vous pouvez nous envoyer vos suggestions à l’adresse suivante : newname@morningbull.ch Celui ou celle qui trouvera le nom sera invité à manger par nous deux.

L’adresse ci-dessus peut également être utilisée pour nous envoyer tous les feedbacks, questions ou autres suggestions sur le sujet de ce nouveau projet.

En ce qui me concerne, je me permet de vous souhaiter une excellente journée et un excellent week-end. En ce qui me concerne, je serais de retour lundi matin, pour de nouvelles aventures. Merci à tous de votre fidélité et on se réjouit déjà de vous montrer la suite !!!!

Morningbull

Liste noire et y en a marre

Bon.. Il est très tôt et je suis déjà énervé… Nous avons tous vu qu’hier une “nouvelle liste noire” a été publié par l’aide française au développement. Selon le Gouvernement de sa majesté Flamby, dorénavant l’aide française au développement français ne passera plus par les établissements bancaire de ces pays : le Botswana, Brunei, le Guatemala, les Iles Marshall, le Liban, Montserrat, Nauru, Niue, les Philippines, le Costa Rica, la Dominique, les Emirats arabes unis, le Liberia, Panama, Trinidad et Tobago et Vanuatu et la Suisse… Selon un sous-ministre de tutelle à deux balles, “c’est une question de cohérence, on ne veut plus travailler avec les pays qui ne sont pas conciliant”…

Alors je tenais à dire tout d’abord que si l’on veut jouer les pourfendeurs du système, il serait bon d’être objectif… Pourquoi ne pas y mettre également les USA, Monaco, le Luxembourg, la Hollande, Jersey ? La trouille peut-être ? ouais ça doit être ça… Sur ce coup-là les gars, non seulement vous n’avez pas de couilles, en plus vous n’y comprenez rien et à force de vous entêter à vous en prendre toujours aux mêmes… ça va finir par se retourner contre vous…

Donc, sans vouloir faire du nationalisme, y en a juste un peu marre, je ne suis pas un patriote devant l’éternel, je ne connais pas l’hymne national, je ne me balade pas avec le maillot de l’équipe de Suisse sur le dos pendant tout l’été (pour autant qu’il y ait un été en Suisse), je ne vote pas UDC, ni MCG, mais je trouve qu’à la fin que des pays totalement désorganisés économiquement comme la France, qui viennent nous donner des leçons de comportement et porter atteinte à notre souveraineté nationale, ça commence à bien faire… Personnellement j’adore la France en tant que pays et quand j’y vais, je respecte leurs lois, leurs façons de faire, leurs limitations de vitesses, je paie à leurs péages… et je ne passe pas mon temps à dire que c’est mieux chez nous, ils ont LEURS lois je les respectent, nous avons LES NOTRES !!!! Pourquoi ce besoin de donner des leçons alors que tout ce qu’ils ont a présenter comme bilan c’est de la daube ????? 

Oui, nous avons le secret bancaire et ceci depuis des années, ça fait partie de ce qu’est la Suisse. Des français quittent la France ou font sortir leur argent de France ? Et alors ? Personnellement je n’ai jamais ouvert un compte ailleurs qu’en Suisse … Et pourquoi ? parce que je ne vois pas de raison d’aller planquer mon argent ailleurs.. Cependant le jour où l’on me dit que je vais être taxé à 75% par un imbécile de socialiste, là oui… je ferais tout pour m’évader fiscalement… On peut aimer son pays mais ne pas vouloir se faire détrousser par un Gouvernement qui sanctionne ceux qui réussissent.. Encore une fois, le jour où la France comprendra que chez eux c’est un enfer fiscal et que c’est pour ça que leurs compatriotes veulent se tirer, qu’ils arrêteront de mettre systématiquement la faute sur les autres en pleurnichant, peut-être que ça pourra aller mieux… 

En attendant en Suisse on s’organise.. 

Vu que nos conseillers fédéraux on la fâcheuse tendance à baisser leurs pantalons face à des pays “plus grands” (France, Allemagne, USA, Europe..) avant de commencer à discuter, il y a des associations qui sont en train de se développer et qui commencent à résister… 

Des associations qui veulent essayer de défendre la souveraineté du pays et le droit d’avoir nos propres lois sans se faire donner la leçon par un pays étranger qui n’a rien, mais alors rien à nous apprendre….

Peut-être qu’il est temps de commencer à résister, plutôt que d’attendre que les autres le fasse.. Une piste : http://www.lldc.ch

https://www.facebook.com/LeLobbydesCitoyens?fref=ts (www.lldc.ch)
https://twitter.com/lldc_ch
http://www.linkedin.com/groups/Lobby-Citoyens-4649344/about

Et une autre piste, un autre site , une autre association 

http://www.swissrespect.ch/
https://www.facebook.com/decmocratiesuisse?ref=ts&fref=ts

http://www.linkedin.com/company/2632609?trk=tyah

Renseignez-vous, participez, dites au moins ce que vous avez envie de dire plutôt que d’attendre que nous devenions une annexe de l’Europe qui fait ce qu’on lui dit quand on lui dit… 

Bonne journée

Morningbull

Scroll to top