Plus tu pédales moins fort, moins t’avances plus vite

Plus les jours et les années passent, plus je me dis que si c’était à refaire, je ferais psychologie humaine avant de faire trading. Trading, on peut toujours apprendre, comprendre l’esprit humain, surtout quand il est torturé, c’est une autre paire de manches. Prenez par exemple ce que nous vivons depuis, allez, disons six mois, tout d’abord nous avons eu la peur. Peur que les américains ne réélisent pas Obama, peur qu’ils n’élisent pas Romney, peur que la « Fiscal Cliff » s’effondre sur nos pompes, peur que la Chine arrête de croître, peur que le yen monte à la place de baisse, peur que l’Europe ne s’en sorte pas, peur que la Grèce largue les amarres et quitte l’Euro, peur que Sandy submerge New York une fois pour toute. Bref, la trouille quoi. Celle qui ne se commande pas.

Dans ce genre d’environnement, il ne sert à rien de parler d’actions ou d’investissement à un investisseur (justement), il est ce que l’on appelle « risk averse », il ne veut prendre aucun risque. Le meilleur placement que l’on puisse lui proposer c’est d’ouvrir un coffre dans une banque et d’y stocker des lingots d’or. Chose que l’on peut éventuellement comprendre après la série de claque qu’il aura eu l’occasion de se prendre dans la figure pour un peu qu’il soit né dans les années 1970. Je vous assure, je veux bien que le type qui ne se rasait pas et ne se coupait pas les cheveux ait dit : « quand on te frappe sur la joue droite, tends la joue gauche », au bout d’un moment ça finit quand même pas piquer un peu.

Ensuite après la peur on a eu le doute. Le doute c’est parfois pire que la peur. C’est un peu comme quand vous êtes en haut d’un pont les pieds attachés par un élastique gros comme votre bras et vous vous dites : « bon, j’y vais ou j’y vais pas ? ». Vous savez que si vous y allez, ça ne va pas changer votre vie – sauf si l’élastique n’était pas attachée au pont – et que si vous n’y allez pas, ça ne va pas changer votre vie du tout, élastique ou pas. Vous êtes donc face à un choix cornélien qui fondamentalement dans un cas comme dans l’autre, ne changera pas votre vie. Et bien en fin d’année 2012, on se disait la même chose : ces couillons d’américains vont certainement se mettre d’accord avec leur histoire de falaise, mais moi ça ne va pas me payer mon hypothèque et encore moins le leasing de l’Audi A4 Turbo Diesel. Donc dans le doute ne faisons rien.

Et pendant ce temps, mine de rien, ça ne foutait pas grand-chose, mais ça montait.

Soudainement, totalement pris par surprise, nous nous sommes retrouvés en 2013. Si il y a un truc auquel on ne s’attendait pas, c’est bien ça. Et alors je ne sais pas ce que la majorité des intervenants ont bouffé à Noël et Nouvel-An, mais ça devait être du solide, ou alors c’est la boisson. Du coup on est tous revenu avec la ferme conviction que le marché ne peut pas aller plus bas et comme il ne peut pas aller plus bas, il ne lui restait plus qu’à monter. Yallah !!! Le mois de janvier fût donc euphorisant, tel le retour du soleil printanier, le retour des cabriolet et des bikers dans les rues. Et alors ?

Ben alors Février est arrivé. Et va savoir comment, depuis quelques jours les « gens » se demandent pourquoi ils devraient acheter. Probablement que quelque part dans une salle de trading deux types se sont parlé et ça a du donner à peu près ça :

  • C’est génial, ça bourre !!!
  • Ouais c’est cool, j’ai eu raison de te suivre et d’acheter le marché comme toi.
  • Pardon ?
  • Oui, j’achète parce que t’achètes et que t’as hyper-trop-cool-à l’aise-qui-déchire sa race.
  • Ah mais non, moi j’achète parce que TOI tu achètes et que t’as l’air de savoir ce que tu fais.
  • ….
  • Tu ne sais pas ce que tu fais.. ????
  • Euh, ben si ; je fais comme toi.
  • Ah…. Là, on est dans la merde… SEEELLLLLLLLLLLLLLLLL

Oui, peut-être que les « gens » ont commencé à se parler, à se rendre compte que le marché est très haut que l’économie et la croissance sont encore au lit avec une grippe et 39 de fièvre. Et que rien ne semble réglé en Europe alors qu’aux USA tout est « repoussé » à plus tard en espérant qu’entre deux Washington va trouver de l’or, du pétrole et du platine sous le périphérique de la ville et que tout va se régler en un claquement de doigts.

Nous nous retrouvons dans une situation délicate. Les marchés sont au plus haut de tous les temps ou presque, l’économie, l’emploi et l’environnement social est en plein dépression-dysthymis-cyclothymic-bipolaire et unipolaire, le tout en même temps, il y a donc un truc qui ne joue pas. D’un côté les américains sont joueurs et ils aimeraient bien au moins afficher encore un nouveau record avant de se casser la gueule. En plus le Graal est si près et pourtant tellement lointain. Et puis en Europe, on balise, on a les foies, on se rend compte que l’on est beaucoup monté depuis le premier janvier, on ne veut pas détruire les théorie bullishs du moment, mais en même temps on n’a pas envie de se prendre le retour « in the face », donc on vend, discrètement, mais on vend. Histoire que si ça remonte on puisse faire « comme si on avait des actions en portefeuille ».

Tout ça pour vous dire que l’on est un tout petit peu paumés. Hier le marché US n’a strictement rien fichu, pas de chiffres économiques spécifiques ou même intéressants. Les sociétés qui publiaient les résultats intéressaient moyennement les médias, même si Wyndham Worldwide Corp (challenge de la journée : répéter 50 fois Wyndham Worldwide Corp sans se mélanger les pinceaux), donc même si Wyndham a publié des très bons résultats et montait de 7%, que Ralph Lauren, son joueur de polo et son cheval ont également fait plaisir au marché, tout comme Chipolte et Time Warner, les traders peinaient à trouver la motivation pour prendre une direction. Et quand il n’y a pas de direction à prendre, on commande des sushis, on se cale devant ses écrans de trading et on attend la fin de la séance en laissant les autres décider.

Les deux seules choses qui alimentait les téléscripteurs hier (oui, je sais les téléscripteurs n’existent plus mais c’est une figure de style et en plus parfois j’aimerais que le marché revienne à l’époque où les nouvelles circulaient avec le Pony Express), mais hier les DEUX seules nouvelles qui préoccupaient les intervenants vautrés devant leurs écrans Bloomberg, un Coca à la main, avec un Big Mac menu + posé à côté, c’était le fait qu’hier on a reporté une trade de 11.25 millions de dollars sur l’indice de la volatilité(Loïc, c’est toi?). Ce qui signifie que le « trader » qui a initié cette transaction pense que d’ici deux mois la volatilité va exploser. Qui dit volatilité qui explose, dit marché qui se pète la figure. Mais ce n’est pas tout, dans la même veine, un autre petit malin (ou peut-être le même) a acheté 100’000 puts sur l’ETF XLF, qui est le tracker qui réplique le secteur bancaire aux USA. Les « gros » trades en options puts sur le XLF sont en général autour de 500 contrats. 100’000 contrats c’est énorme et j’imagine qu’il y a deux ou trois market-makers qui ont dû sortir les rames pour naviguer à contre-courant. Le strike du puts en question (le puts est l’option qui monte quand le marché baisse…) est de 16, sachant que le XLF se traite autour de 17.5$, on envisage une jolie correction tout de même.

Mais en dehors de ces deux nouvelles on ne serait pas venu, susse été pareil. D’ailleurs à la fin, les trois indices américains terminaient littéralement inchangés par rapport à la veille.

En Europe ce n’était pas la même ambiance. Bien que mardi le marché ait tenté de rebondir après sa déculottée de lundi, le troisième jour n’apportait guère de conviction sur le marché européen, au contraire, on assistait à des dégagements massifs sur les banques, sans raison particulière, si ce n’est que les affaires LIBOR, EURIBOR continuent de faire parler et de faire tomber des banquier au travers du monde entier, hier c’est encore la Deutsche Bank qui suspendait 5 traders pour avoir participé à la magouille. Pire, ils ont même suspendu le paiement de leur bonus !!! Et puis la banque Monte Paschi qui est en train de sauter suite à des brillantes transactions sur produits structurés à la con. Les banques sous pression, les pétrolières sous pression apparemment à cause du prix du baril, bien que le prix n’ait pas bougé la moindre (96.78$), malgré des chiffres à côté des attentes au niveau des inventaires. Quelle surprise.

Et puis à côté de cela, on parle de l’Europe qui commence à se faire secouer par le retour de l’abruti en Italie, l’instabilité en Espagne because corruption, c’est du réchauffé, mais faute de grives on mange des merles. Le tout saupoudrer du fait qu’il faudra quand même sauver Chypre un jour (réchauffé aussi) et que cette après-midi il y aura le Dieu Draghi qui va parler à la réunion mensuelle de la BCE, il n’y avait que peu de raison de faire sortir les bulls de l’étable hier en Europe, ils y sont d’ailleurs restés pour jouer aux cartes et demain (enfin, aujourd’hui) sera un autre jour.

Pétrole et or ont toujours les pieds dans le béton. No comment.

Dow Jones 13,986.52 +7.22 +0.05%

S&P 500 1,512.12 +0.83 +0.05%

NASDAQ 3,168.48 -3.10 -0.10%

STOXX 50 2,617.35 -33.86 -1.28%

FTSE 100 6,295.34 +12.58 +0.20%

CAC 40 3,642.90 -51.80 -1.40%

DAX 7,581.18 -83.48 -1.09%

IBEX 35 8,056.20 -37.40 -0.46%

FTSE MIB 16,602.85 -109.41 -0.65%

AEX 345.86 -2.57 -0.74%

OMX 30 1,174.79 -0.75 -0.06%

SMI 7,433.47 +28.84 +0.39%

Nikkei 225 11,295.62 -167.21 -1.45%

Hong Kong 23,155.03 -101.90 -0.44%

S&P/ASX 200 4,932.90 +15.85 +0.34%

CSI 300 Index 2,733.63 -42.21 -1.52%

Le Japon est en baisse ce matin, probablement à cause de la hausse massive d’hier (+3.8%), ou alors est-ce parce que ce matin le yen ne baisse pas assez pour assouvir les appétits en actions japonaises, peu importe, il y a comme une prise de profit à l’Est. De plus les chinois dégagent leurs positions, puisqu’en fin de semaine c’est leur nouvelle année à eux et il seront plus préoccupé à festoyer et se saouler avec de l’alcool très très fort plutôt que gérer des positions sur un marché qui marche à voile et à vapeur en ce moment. Alors que Sony devrait publier ses chiffres dans la journée, ils ont également annoncé un deal avec le fabricant de machines à coudre Juki Corp, histoire de leur fournir des composants électroniques. Ou alors peut-être que la PlayStation 4 fera AUSSI machine à coudre.

Dans les nouvelles du jour et dans le secteur des smartphones qui nous pourrissent la vie et nous obligent à checker leurs écrans en moyenne 150 fois par jour (véridique) afin de contrôler si l’on n’a pas raté un message vital d’un de nos amis ou alors se rendre compte qu’en fait on n’a pas d’ami. Mais là n’est pas le sujet. On appris qu’Apple est toujours LE leader du smartphone aux USA, devant Samsung bien sûr. Et puis BlackBerry a commencé a vendre ses nouveau téléphones hier au Canada. Le CEO s’est déclaré enchanté, il a dit : « You know what ? I’m Happy », il a déclaré qu’ils étaient en train de faire un killing avec leurs nouveau joujoux, estimant qu’ils avaient même dépassé de 50% leur meilleur « premier jour de vente ». C’est là que le bas blesse, il n’existe nulle part une trace de ce chiffre.. quel était le record précédent, personne ne sait. Si la dernière fois c’était 100 téléphones et que là on est à 150 , vous pouvez retourner vous coucher.

Goldman Sachs propose 10 titres a acheter aux USA avec un potentiel de hausse plus qu’appréciable. Il s’agit de : Apple, Goodyear, Prudential, Applied Materials, Joy Global, Ford, Discover Financial Services, Williams Cos, Southwestern Energy et National Oilwell Varco Inc. On se recause en décembre. Hier soir après la clôture il y avait quelques chiffres qui faisaient bouger quelques titres. Green Moutain Coffee, le fabricant de café le plus volatile de tous les temps a publié des chiffres au-dessus des attentes, mais la prudence déclarée pour l’avenir a fait plonger le titre de près de 8%. Akamai a publié des ventes en-dessous des attentes, mais net-net, les chiffres sont meilleurs, vraiment meilleurs, le titre s’arrachait de 14% hier soir. Ce n’est pas lui qui va mener le S&P500 à 1600, mais il faut commencer par quelque chose.

Yelp a sorti de résultats décevants et baissait de 4%, mais les rumeurs que Facebook serait intéressé et qu’ils tournent autour devraient limiter la casse. News Corp, bof, en recul de 2% et Visa pas mal mais insatisfaisant pour les nanalystes, le titre reculait de 2% également.

Selon le Wall Street Journal qui est généralement bien informé, AMR et US Airways sont tout près de se passer la bague au doigt. La restructuration permettrait à American airlines de sortir di Chapter 11 et la compagnie vaudrait à peu près 10 milliards (en gros Apple pourrait s’offrir 13 fois la plus grosse compagnie du monde et il leur resterait du cash). Ce n’est pas encore signé et selon le journal tout peut encore capoté, mais cela semble bien emmanché. Le patron d’Alcatel devrait annoncer son départ aujoud’hui.

Aujourd’hui je vais acheter l’AGEFI :

http://www.agefi.com/une/detail/archive/2013/february/artikel/genua-advisors-lancement-dun-service-dadvisor-axe-sur-lidentification-du-risque-dans-une-allocation-avec-une-approche-contrariante.html

Bravo Genua.

La poste américaine va arrêter de distribuer le courrier le samedi. La raison principale c’est la réduction des coûts, mais l’autre raison c’est que Lance Armstrong faisait la distribution en vélo dans tous le pays chaque samedi, mais là il n’aura plus le temps.

La perte de 2,5 milliards expliquée, un must see :

Côté macro, il y aura la BCE, ce n’est pas ce qu’il vont annoncer qui sera important, mais plutôt ce qu’ils vont dire. Enfin, surtout ce que Super-Mario va dire. Il y aura aussi les Jobless Claims, Productivity and costs et Consumer Credit. Côté chiffres, il y aura le Crédit Suisse ce matin et puis plein d’autres noms cette après-midi et ce soir, rien d’ENORME cependant, en tous les cas rien qui ne devrait impacter les indices principaux.

Il me reste à vous souhaiter une excellente journée, en ce qui me concerne je suis dubitatif sur l’état mental du marché, mais on verra comment va se passer la suite. En attendant, bourrés vous de café, restez vigilants et éveillés, on ne sait jamais, il peut se passer un truc… En ce qui nous concerne, on se retrouve demain matin et ensuite je dors pendant 2 jours non-stop. Excellente journée à vous amis lecteurs…

Morningbull